samedi, décembre 12, 2009

Ça chauffe aussi à Copenhague.

Après la Grèce, c'est au tour du Danemark de vivre des émeutes. Des manifestations ont eu lieu en marge du Sommet de Copenhague. Plus de 400 arrestations. Un billet tiré du site "Le Jura Libertaire".

17h05 — La police a annoncé avoir procédé à 400 arrestations aujourd’hui lors de la manifestation en marge des négociations pour le climat, qui a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes à Copenhague. — Leur presse (AFP).





17h16 — Des incidents ont éclaté moins d’une demi-heure après le départ de la manifestation, alors quelle avait parcouru quelques centaines de mètres. Un groupe denviron 300 personnes, cagoulés et entièrement vêtus de noir, infiltré en queue du cortège, a commencé à briser des vitrines. Les casseurs, munis de briques et de marteaux, ont également lancé des canettes de gaz.

Des fourgons de police ont été brièvement entouré par le groupe. Une cinquantaine de policiers anti-émeutes les ont finalement encerclés et sont intervenus sans ménagement, jetant plusieurs d
entre eux à terre. Les autres casseurs se sont dispersés par petits groupes de cinq à six pour réintégrer le cortège, doù ils émergent ponctuellement pour briser une vitrine.










Les policiers ont procédé à plus de 400 arrestations en marge de la manifestation. Un communiqué officiel précise quil sagit de membres «des Blacks Blocs», ces groupuscules ultra-violents qui sétaient illustrés en avril lors du sommet de lOTAN à Strasbourg.

Vendredi, déjà, 75 militants ont été interpellés et six d
entre eux inculpés de vandalisme. — Leur presse (Le Parisien).














La police attend les «black blocs» à Copenhague
Ces ultras avaient perturbé le sommet de l’Otan en avril dernier. Les policiers danois et européens sont très mobilisés.

Le syndrôme «black bloc» a déjà frappé Copenhague. Ces ultras sont dans toutes les conversations de la famille policière danoise et européenne. Selon un policier français très au fait dudossier, «il ne fait aucun doute que Copenhague sera le point de convergence de toute cette faune». La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) dispose dun fichier de quelques centaines de
noms, dont une cinquantaine particulièrement «signalés». Plusieurs de ses correspondants sur place veilleront discrètement sur le contingent connu du ministère de l
Intérieur. Les «black blocs» ont fait une entrée fracassante au dernier sommet de lOtan, en avril à Strasbourg. Ils ont ensuite fait des émules à Poitiers, en octobre, où le
centre-ville a été mis à sac par une centaine d
énergumènes qui ont pris de court la police.




En Allemagne, où le mouvement est né, ces ultras se groupent en plus de 70 organisations. On estime leur nombre à 10'000 en Europe, dont 7000 outre-Rhin. Méthodiques, vêtus de noir, ils se masquent le visage pour échapper aux objectifs photos et au gaz lacrymogène, ils pratiquent une forme de guérilla urbaine en usant du téléphone mobile et dInternet. La police danoise est dautant plus
mobilisée que la menace de l
ultragauche se double dun risque terroriste au pays des caricatures de Mahomet.

Leur presse (Jean-Marc Leclerc, Le Figaro), 11 décembre.





1 commentaire:

agitateur a dit…

Ce n'est qu'un début ...

L'insurrection prendra feu et deviendra une guerre de classes.