lundi, décembre 14, 2009

« Berlusconi déplore un climat de haine » (?!)

Une semaine après que plusieurs centaines de milliers de personnes aient pris la rue pour réclamer la démission de Silvio Berlusconi, ce dernier prenait un bain de foule et a été violemment agressé par ce que les médias se sont empressé de décrire comme un « fou ». Jusqu'ici tout va bien.



Aujourd'hui, la propagande médiatique allait un peu plus loin : oui, bien sûr, l'agresseur était un déséquilibré, mais la vraie responsable, c'est la tension politique italienne! Tous les médias italiens pointaient aujourd'hui du doigt ce « climat de haine », sorti on-ne-sait-trop d'où. À droite comme à gauche, le mot d'ordre est le même (et se résume par cet appel lancé par la Repubblica, journal dit de gauche) :
"Amis et adversaires, partisans et opposants doivent être solidaires (de Berlusconi), comme nous le sommes nous, sans aucune distinction", poursuit la Repubblica qui appelle à "se dresser contre l'insanité d'un tel geste", car "ce qui en jeu n'est rien moins que la liberté".
Le journal appartenant au Cavaliere a gratté un peu plus loin en tenant pour responsables de ce climat de haine et de violence toutes les personnes qui le critiquent, le traitant de fasciste, de tyran, de dictateur. Comme un chat qui gronderait quelques souris en leur reprochant de le traiter de félin..

Voici, brièvement, quelques citations du gredin. Et on se demande vraiment pourquoi il se prend des trucs par la gueule..?

  • « Nous devons être conscients de la supériorité de notre civilisation, un système qui a garanti le bien-être, le respect des droits de l’Homme et – au contraire des pays musulmans – le respect des droits religieux et politiques. »
  • « Les femmes de droite sont plus belles et plus diplômées. »
  • « Cela fait mal au coeur de parcourir des villes comme Rome, Naples et Palerme et de voir comment les graffiti et la saleté dans les rues font qu'elles ressemblent de plus en plus à des villes africaines qu'européennes. »
  • « Seul Napoléon a fait mieux que moi. »
  • « Le mieux serait de vous trouver un millionnaire. » (à une étudiante pauvre)
Il avait aussi sorti quelque chose comme : il y a trop de "jolies filles" en Italie pour les protéger du viol, faute de soldats pour les escorter.

C'est assez..?

1 commentaire:

vincentpainchaud a dit…

Dommage que les piolets ne soient plus à la mode...