lundi, février 09, 2009

Plus qu'un an avant les JO de Vancouver 2010...


Pourquoi résistons-nous aux Jeux Olympiques de 2010

Les Jeux Olympiques sont une industrie multi-milliardaire supportée par de puissantes élites, par l'industrie de la construction, l’hôtellerie, l’industrie du tourisme et les corporations médiatiques qui travaillent main dans la main avec leurs partenaires de crime, soit les gouvernements et les membres du Comité International Olympique (CIO).

10 Raisons de Résister aux Olympiques de 2010

1. Colonialisme et Fascisme

Les Olympiques modernes sont marqués d’une longue histoire de racisme, à commencer par ses membres fondateurs (Pierre de Coubertin, Baron français qui promu le sport comme moyen pour renforcer le colonialisme) à ses membres récents, notamment ceux du CIO. Les Jeux Olympiques de Berlin (1936) renforcèrent le régime nazi d’Hitler. Les Jeux de Séoul (1988) et de Bejiing (2008) aidèrent à légitimer la sévérité des régimes en Asie.

Les Jeux de Mexico (1968) (où plus de 300 étudiantEs, manifestantEs, furent massacréEs par des soldats quelques jours avant le début des Jeux) furent eux aussi tributaires du renforcement étatique et du règne de sa terreur. Le président du CIO de l’époque, Avery Brundage, un américain raciste (partisan du nazisme), refusa de reconnaître l’hécatombe. Aussi, lorsque deux athlètes américains noirs levèrent leur poing au podium en recevant leur médaille pour signifier leur appui au mouvement d'émancipation en cours dans leur pays, il les disqualifia et les expulsa immédiatement.

Un autre président bien connu est Juan Antonio Samaranch (Président du CIO de 1980-2001), qui fut membre du gouvernement fasciste espagnol du dictateur Franco.

2. Pas d’Olympiques sur des Terres Volées

En Colombie-Britannique (CB) il demeure des terres et des peuples autochtones qui ne cèdent pas. Selon la loi canadienne, la CB n’a ni le droit légal ou moral d’exister en s’appropriant toute la terre et en gouvernant les Autochtones. Mais grâce à des traités et autres procédures crapuleuses, le gouvernement continue de vendre, de louer et de se développer sur les terres autochtones pour que la société profite des mines, du bois, du pétrole, des stations de ski, etc. Pendant ce temps, les peuples autochtones souffrent de pauvreté, de chômage, de répression, de violence policière, de maladies, de suicides, etc…

3. Destruction écologique

Malgré les déclarations du genre « les Olympiques seront plus verts que jamais », et les discours portant sur la « viabilité » et le « long-terme », les Olympiques de 2010 figurent parmi les plus destructeurs de l’histoire; des dizaines de milliers d’arbres seront coupés et des versants de montagne dévastés, ainsi l’autoroute "Sea-to-Sky", par exemple, se développera davantage pour la venue des Olympiques dans la Vallée Callaghan (près de Whistler). A l'été 2007, un nombre record d’ours noirs ont été abattus sur cette autoroute.

4. Itinérance

Depuis que les Jeux d’hiver de 2010 furent gagnés (2003), Vancouver perdu plus de 850 unités de logements à bas prix; et à ce même moment, l’itinérance augmenta de 1 000 à 2 500 personnes. Il est estimé que d’ici 2010 le nombre d’itinérants sera de 6 000. Les Jeux Olympiques de 1980 causèrent l’expropriation de plus de 2 millions de personnes (rapport de Fair Play for Housing Rights, 2007). À Séoul en 1988, quelques 750 000 pauvres furent déplacéEs, à Atlanta en 1996 ils/elles furent plus de 30 000 et à Beijing en 2008 l’on estime qu’un million et demi d’individuEs ont été destituéEs. Néanmoins, les autorités Olympiques continuent de parler de « viabilité » et d’ « héritage olympique », …!

5. La Criminalisation de la Pauvreté

Pour nettoyer les villes des pauvres et des indésirables, les villes hôtes des Olympiques introduit une campagne pour criminaliser la pauvreté. À Vancouver, la ville a lancé "Project Civil City" et de nouveaux règlements pour criminaliser la mendicité, l'itinérance, etc. Ça a aussi impliqué l’investissement de centaines de milliers de dollars pour intensifier la sécurité privée (ex. Ambassadeurs du Centre-Ville). De nouvelles poubelles rendent plus difficiles l’accès aux déchets. Ce genre de mesures vont de pair avec les plans du gouvernement de nettoyer le centre-ville des pauvres et d’emprisonner ces derniers dans des instituts psychiatriques, centres de désintox situés sur d’anciennes bases militaires, ou tout simplement d’exproprier ces gens sous prétexte qu’ils sont recherchés, en fugue ou sous mandat, … Toutes les raisons sont bonnes, dans le cadre d’un nettoyage social, pour déporter les improductifs !

6. L’impact sur les Femmes

Des événements tel les Olympiques réunissent des centaines de milliers de spectateurs, ce qui provoque de grosses augmentations dans l’industrie de la prostitution et du trafic des femmes. À Vancouver, plus de 68 femmes sont disparues ou ont été tuées. Plusieurs d’entre elles étaient autochtones, et on en compte plusieurs qui étaient des prostituées. En 2007, le procès de William Pickton déclara coupable celui-ci de six de ces meurtres et peut-être 20 de plus. Au nord de la CB, plus de 30 jeunes femmes, majoritairement autochtones, sont disparues ou ont été tuées dans les environs de l’autoroute 16 (the highway of tears). Les Olympiques de 2010 et l’invasion touristique et industrielle que ces jeux engendrent vont de toute évidence augmenter la violence faite aux femmes.

7. État Policier en 2010

Quelques 12 500 polices, militaires et officiers de la sécurité seront déployés pour 2010, incluant les unités d'urgences, anti-émeutes, hélicoptères, véhicules blindés, etc. Le RCMP planifie l’édification d’une clôture de 40 km pour contrôler la foule, bordée de caméras de surveillance. Des zones spéciales, pour la sécurité, seront établies pour contrôler l’entrée près des lieux Olympiques. Pendant trois semaines, Vancouver sera occupée par l’armée ! Une fois les Olympiques terminés, il y a de bonnes chances que des mesures de sécurité appliquées aux Olympiques perdureront (ex. CCTV).

Toute cette répression implique aussi des attaques contre les groupes anti-olympiques et individus rebelles, comprenant des arrestations de masse, saisies dans des locaux de groupes, surveillance, coupures dans diverses programmes sociaux, campagnes de propagande, etc., tout ça dans l’effort de saper la résistance aux Olympiques de 2010. Cette répression est déjà mise en place contre des groupes anti-pauvreté, environnementalistes et autochtones à Vancouver.

8. Dette publique

COVAN et les officiers du gouvernement déclarent que les Jeux de 2010 coûteront quelques deux milliards de dollars. Cela ne comprend pas l’agrandissement de l’autoroute Sea-to-Sky, le Centre Vancouver Convention ou le Gateway Project. Incluant ces coûts, les réelles dépenses des Jeux s’élèvent à 6 milliards, ce qui deviendra une dette publique, alors que cette somme aurait pu servir à financer des services sociaux, logements, traitements de drogue, santé, etc.

9. Corruption Olympique

Les Olympiques modernes sont bien connus pour leur corruption, incluant les officiers de haut niveau du CIO impliqués dans des scandales (ex. Salt Lake City, 2002) ou des athlètes qui se droguent pour être plus performants (ex. stéroïdes) Jusqu’à maintenant, le CIO déclare que la jeunesse a besoin d’être inspirée, a besoin de « modèles »… de bon sportifs ! Malgré les publications qui portent sur ces corruptions, qui reconnaissent les responsables de ces scandales, y compris les membres du CIO et les villes hôtes , les Olympiques continuent d’être perçus telle une honorable et noble entreprise; merci aux médias de perpétuer ce mythe!

10. Invasion des Entreprises

Le gouvernement et les entreprises utilisent les Olympiques comme prétexte pour attirer les investissements corporatifs. En CB, le gouvernement libéral a profilé le processus d’application, coupé les taxes et encouragé l’implantation de certaines industries telles que celles des mines, du pétrole, des centres de ski. Cela comprend d’importantes augmentations pour le système de transport, incluant de nouveaux ports, ponts, autoroutes plus larges et davantage de rails. Tout cela fait partie de l’Investment to 2010 Strategy. Les résultats sont dramatiques ; les entreprises pètent des scores en ce qui concerne la destruction de la terre, ainsi que l’influence et le pouvoir qu’ils ont sur nos vies de tous les jours.

Plusieurs des entreprises, telles que McDonalds, Coca-Cola, Petro-Canada, TransCanada, Dow, Teck Cominco, General Electric, General Motors, etc. qui financent les Olympiques sont responsables de la destruction massive de l’environnement (humains compris).

RÉSISTONS!

« Ce qui pousse l’adversaire à conquérir, c’est le gain. Ce qui décourage l’adversaire de s’imposer, c’est le mal qu’il aura. »
Sun Tzu, The Art of War

Texte trouvé sur le site de no2010.com

1 commentaire:

Blogger a dit…

Do you prefer Pepsi or Coke?
ANSWER THE POLL and you could get a prepaid VISA gift card!