lundi, mai 16, 2011

[Alternative libertaire] Derrière le cirque médiatique : l’oppression sociale et patriarcale.

Vous avez probablement tous et toutes entendu parler de "l'affaire DSK", c'est-à-dire le directeur du FMI qui aurait possiblement agresser sexuellement une femme de chambre. Une histoire qui à mon avis rappelle sans aucun doutes, "Le journal d'une femme de chambre" de Mirbeau, une critique virulent de la bourgeoisie. À ce sujet, nos camarades d'Alternative libertaire, ont publié aujourd'hui un communiqué en solidarité avec les femmes victimes du patriarcat. Le voici:

DSK aurait tenté de violer une femme de chambre dans un hôtel de New York.
Une partie des politiques, prompt-es à condamner les petits voleurs ou les supposé-es fraudeurs du RSA, crient à la présomption d’innocence. D’autres vont à la curée, trop heureux et heureuses de voir disparaître un concurrent de poids. On en trouve même pour déplorer un piège qui nuit à l’image de la France.
Et personne pour rappeler qu’il s’agit d’abord d’un problème d’oppression sociale et patriarcale, lorsque des hommes riches et de pouvoir agissent selon ce qu’il croient être leur bon droit, agresser sexuellement une travailleuse qui les côtoie.
Alternative libertaire exprime sa solidarité à toutes les femmes agressées et à toutes les femmes de chambre que les hommes de pouvoir pensent faire partie des meubles. Et regarde avec mépris le cirque médiatico-politique qui démarre autour d’enjeux électoraux dont les travailleurs et travailleuses n’ont rien à attendre.
Alternative Libertaire, le 16 Mai 2011
Source 

4 commentaires:

anarchopragmatisme a dit…

Attendons tout de même la version complète de cet histoire. C'est peut-être un piège...

Mais en tout cas, ça fait un corpo-fasciste de moins pour les primaires du PS! :)

Matte a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Matte a dit…

Ne tomber pas dans le panneau vous aussi. Ceci ce n'est que des trucs médiatiser, il c'est surement rien passer du tout. Le directeur peut se payer beaucoup mieux qu'une femme de chambre, pourquoi perdre sa réputation. Probablement un complot ni plus n'y moins.

anarchopragmatisme a dit…

Ne présumons de rien, ni de la culpabilité de DSK, ni d'un complot contre DSK.