mardi, août 31, 2010

Bœuf, porc ou poulet: les nombreux visages de la police

par Marc-André Cyr*

Les manifestations contre le G20 ont véritablement ameuté les forces de l'ordre et de la répression, du jamais vu depuis plusieurs décennies. Mais alors que des policiers de plusieurs provinces ont été mobilisés pour contrer les manifestants et que la répression et l'infiltration avaient commencé bien avant le sommet, une question demeure toujours sans réponse : comment les radicaux ont-ils malgré tout réussi à brûler quatre voitures de police et à fracasser les vitrines d'une cinquantaine de multinationales ?

Une première hypothèse — qu’on pourrait appeler l’ « hypothèse du poulet frit », du « rôti de bœuf » ou encore de la « côtelette de porc aux pommes » — suggère que les policiers aient été tout simplement déjoués par les militantes et les militants radicaux. Étant comme toujours en retard d'une guerre, les forces de l’ordre auraient stupidement appréhendé la répétition des événements d'avril 2001, soit des attaques quasi permanentes au mur de sécurité. À Québec, la casse ne cibla au total qu'une quinzaine de vitrines au profit d'attaques parfois spectaculaires contre les forces de l'ordre. La hiérarchie policière de Toronto aurait donc disposé la vaste majorité de ses effectifs autour du périmètre de sécurité, laissant le centre-ville de Toronto et ses fragiles vitrines à la disposition des militants anticapitalistes. Cette hypothèse est d'ailleurs logique avec la suite des événements. La police ayant été déjouée, il ne lui restait qu'à prouver, à retardement, qu'elle mettait tout en œuvre pour protéger la propriété. Ceci expliquerait l'intensification des arrestations et de l'intimidation qu'elle appliqua systématiquement après la tumultueuse manifestation de samedi.

Mais une autre hypothèse — qu'on pourrait appeler « l'hypothèse du simili-poulet » — est également plausible. Le 30 juin dernier, le Toronto Sun nous apprenait que les policiers de Toronto avaient reçu l'ordre de ne pas intervenir alors que le Black bloc et ses alliés passaient à l'action. N’attendant que le feu vert pour agir, un officier affirme avoir reçu l'ordre du centre de commandements de « ne pas engager » d'opération afin de mettre un terme à l'action directe.

Pourquoi la hiérarchie policière aurait-elle agi ainsi ? Comment interpréter cette inaction? Rappelons que les forces de l'ordre n'en sont pas à leurs premières « irrégularités » : on se souvient, entre autres, des agents provocateurs lors du Sommet pour le Partenariat sur la sécurité et la prospérité (PSP) à Montebello en 2007, de ceux présents dans le groupe Germinal en 2001, de même que du cas de Joseph Gilles Breault, alias Youssef Mouammar, indicateur de la police responsable de menace d'attentat dans le métro de Montréal.

Un retour sur le rôle des agents indicateurs lors des manifestations des années 1960 au Québec nous renseigne également sur les stratégies policières contre les mouvements sociaux. On se souvient du rôle des agents sans uniforme lors du fameux Lundi de la matraque en 1968 — les témoignages de l'époque rappellent tristement ceux des militants présents à Toronto . On se souvient également du rôle scandaleux des agents infiltrateurs dans les rangs du FLQ, les rapports gouvernementaux Keable et Macdonald les ayant minutieusement documentés : vol de dynamite et d'explosifs, incendies criminels, attentats, bombes incendiaires, publication de faux communiqués, cambriolages, holds ups … font toute partie des actions policières pour « combattre le terrorisme ».

Pour comprendre l'action de la police, il faut la situer dans son contexte politique. Son action, pas plus que la loi à laquelle elle répond normalement, ne peut être mise à l'écart des rapports sociaux — qui sont des rapports de domination et d'exploitation — structurant notre société. Les policiers ne défendent pas seulement la « loi » supposément neutre et abstraite, ils soutiennent l'État et son gouvernement, de même que les représentants de ces institutions et les décisions concrètes qu'ils prennent à ce titre. Ajoutons également que les policiers défendent l'institution à laquelle ils appartiennent et par laquelle ils ont un statut social, du pouvoir, des privilèges et un salaire. Compris ainsi, le travail des forces de l'ordre ne vise plus uniquement à faire respecter la loi, mais bien à légitimer — aux yeux du public et des grands médias — ses propres opérations, qui sont elles-mêmes à mettre en relation avec les politiques gouvernementales.

Les vidéos de policiers déguisés en Black block lors des manifestations contre le G20 à Toronto se multiplient et, d’après plusieurs témoignages de citoyens et de journalistes, la hiérarchie policière semble avoir délibérément laissé la « casse » avoir lieu sans intervenir. L'objectif était de légitimer le milliard dépensé en sécurité ? De justifier, avant même qu’elles n’aient lieu, le millier d'arrestations? Les forces de l'ordre auraient-elles préféré s'en prendre à des militants pacifistes pendant dans leur sommeil plutôt que d'affronter le Black bloc face à face ? D’où venaient ces ordres: du gouvernement fédéral, de la ville, du chef de police ?

Alors qu'on sait que le chef de la police a menti à propos de la loi concernant les fouilles autour du périmètre de sécurité et que nombre des « armes » déballées en grande pompe au public n'avaient en fait rien à voir avec les manifestations (où étaient simplement des jouets), cette hypothèse n’est pas à écarter. Non seulement les abus de force et de violence ont atteint des sommets historiques lors de cette fin de semaine, mais les nombreux mensonges commis par la police nous permettent de croire que son action a également atteint des sommets en termes de mensonges et de manipulation de l'opinion publique.

* Cet article a été publié dans numéro Le Couac de septembre.

1 commentaire:

mmbobov a dit…

Quand je lis que « les vidéos de policiers déguisés en Black block lors des manifestations contre le G20 à Toronto se multiplient », je vois là une affirmation lourde de conséquence. Plusieurs pourraient interpréter cela comme étant une invitation à voir des flics undercover sous les cagoules du Black Block. Bref, lancer une telle affirmation revient à exposer le Black block à la suspicion à l’intérieur même du mouvement.

Où se trouvent donc ces multiples vidéo si compromettants pour la police auquel l’auteur fait allusion ? Je pose la question, car moi j’en ai vu un seul, soit celui-ci :

http://www.youtube.com/watch?v=wYnzVxXF6lI&feature=related

On peut voir un ou deux flics undercover habillés en noir… noyés au beau milieu d’un régiment de flics undercover facilement détectables (je les ai pas compté, mais il doit y en avoir environ une trentaine). Je sais pas si ces deux undercovers wanna-be Black block étaient accompagnés de ce régiment partout où ils allaient… parce que si c’est le cas, je vois mal comment ils pouvaient espérer se fondre dans une foule de manifestants !

Tout ce que vidéo-là démontre, c’est que des flics undercover se sont déguisés en Black block… pour faire quoi au juste ? De la casse ? Foutre le feu à des bagnoles de flics ? Non ! Du boulot de flic dans le sens le plus classique du terme, c’est-à-dire procéder à une arrestation !! Excusez-moi si je ne tombe pas en bas de ma chaise…

Donc, on a deux types habillés en noir… Aux dernières nouvelles, ça fait pas un gros Black block ! Sérieusement, un Black block, c’est pas ça non ? Me semble qu’il faut être plus que deux pour faire un « block » digne de ce nom ?

En tout cas, s’il existe d’autres vidéos montrant des undercover déguisés en Black block lors du récent sommet du G20, j’aimerais bien savoir où les trouver ! Car jusqu’à présent, je trouve qu’on a beaucoup crié à la « provocation » à Toronto sans montrer l’ombre d’une preuve.

En l’absence d’un début de preuve, je crois que la polémique sur le rôle du Black Block à Toronto n’est rien de plus qu’un faux débat.

Personnellement, je crois que les vidéos les plus compromettants pour la police ne mettaient pas en vedette des undercover… mais plutôt une police volontairement disparue sur Queen et Spadina pendant qu’une poignée d’individus s’en donnent à cœur joie sur deux auto-patrouille qui ont été littéralement abandonnées sur place. Des individus qui ont l’air si peu organisés qu’ils ne font aucun effort pour masquer leur identité. En fait, ils n’ont même pas l’air de faire parti d’un même groupe ou d’un groupe d’affinité. Bref, des individus qui ne font que profiter d’une occasion, une occasion qui semble avoir été créée de toute pièce par la police.

Voyez par vous-même :

http://www.youtube.com/watch?v=SmRFzvzNFnQ&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=DlxMZLM9Ay8&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=-kA7UOnHbS8&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=784lay9401U&feature=channel

http://www.youtube.com/watch?v=gh395huapRg&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=s-5jeaIh4YE

http://www.youtube.com/watch?v=TsrjilfYMsY&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=zi-Q11MKx1g&NR=1

http://www.youtube.com/watch?v=k_mVvPN8Xqk&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=hEP0WC9jgx0&NR=1

http://www.youtube.com/watch?v=qCDwDk5YedY&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=Q9kTw_BCMF8&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=HpX1JXoopXU&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=SmRFzvzNFnQ&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=-njvTVZRosA&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=FsN7X7HA4IQ&feature=related