samedi, avril 24, 2010

Budget et classes sociales au Québec

On nous a tappé sur la tête assez fort, depuis assez longtemps, pour que la plupart d'entre nous ait un semblant de petit malaise en entendant ou en lisant les mots bourgeoisie et prolétariat. Ça fait langue-de-bois pas mal, j'en conviens. Mais le problème, c'est qu'on a graduellement perdu la notion de classes, essentielle pour comprendre le fonctionnement de base du capitalisme.


De notre bord, on a gobé qu'on faisait tous et toutes parties d'une graaande classe moyenne. En-dessous, y'a quelques bums, au-dessus, y'a quelques gros riches pas gentils (mais pas Guy Laliberté, hein, lui ça d'l'air d'un bon jack).

Qu'on appelle ça prolétariat, classe ouvrière, les travailleurs, les travailleuses, la plupart des étudiantes et des étudiants, les sans-emploi, les précaires et cie., faut comprendre que ce qu'on a en commun, c'est qu'on n'est pas néEs du bon côté du capitalisme, qu'on n'est pas en position de contrôle sur nos propres (sur)vies. On n'a pas le choix d'échanger notre force de travail et notre temps contre un salaire.

De l'autre côté, y'a le patronat. Ceux qui nous volent, qui nous paient moins cher que ce qu'on produit leur rapporte. C'est pour cette classe-là que travaillent l'État, les médias et la police.


Pourquoi je déblatère à propos de tout ça? 

D'une part - et surtout - parce que dans un contexte de colère et de lutte contre le budget libéral, on a grandement intérêt à remettre ça de l'avant, à redévelopper une conscience de nos intérêts communs. Revendiquer le retrait du budget, certes, mais dans la perspective de demander la tenue d'élections pour choisir des parasites d'une autre couleur? De la peinture neuve n'empêchera pas une maison dont les fondations pourrissent de s'effondrer.

D'autre part, parce que l'extrait ci-dessous m'a presque fait rire. L'hypocrisie du gouvernement, qui ose encore prétendre que ce budget-là est bon pour le peuple, Bachand n'a pas de temps à perdre avec ça. Il a compris que ça ne servait plus à rien de cacher que son budget, c'est un bonbon pour ses amis bourgeois (qui préfèrent sans doute rester discrets le temps que la colère s'essouffle).


Le ministre des Finances, Raymond Bachand, se sent soudainement bien seul dans la défense de son budget et voudrait bien que les gens d'affaires expriment leur appui ailleurs que seulement dans les beaux salons.

«La solitude du politique est assez vaste», a-t-il confié hier aux quelque 300 participants à une journée de réflexion et de discussion sur l'avenir du Québec organisée par la firme de consultant Secor, en partenariat avec la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM). «Avant qu'une décision soit prise, tout le monde a une opinion», a-t-il poursuivi lors d'une brève intervention en fin de journée. «Après que la décision soit prise, ceux qui sont contre s'expriment de façon très forte, alors que ceux qui sont pour, dans les salons à Outremont, vont vous dire: "Bravo Raymond, très bon budget, lâche pas".»

Il se trouvera bien un ou deux organismes pour exprimer publiquement leur appui, a convenu le ministre. «Mais vous, vous ne parlez pas!» a-t-il déploré.

3 commentaires:

David a dit…

je crois que le mot bourgeois est utiliser à tord et à travers

on positionne les bourgeois par rapport à leur argent (moyen que l'on aime pas sur ce blog, big up). il ne faut pas oublier que ces bourgeois sont des entrepreneurs, des travailleurs, des étudiants. beaucoup au québec sont bien servis par le capitalisme, donc se que j'ai compris de l'article se sont des bourgeois.

hors celui qui n'ais pas bourge, on ne le positionne pas par rapport à son argent, on le positionne par son statut, travailleur, étudiant, etc...(ici je les appellerai les pauvres puisqu'on s'est permis de classer les riches par leur statue monétaire)

je suis comme vous, une lutte des classes est nécessaire (sans me dire communisme, les modèles coopératif en argentine me permet d'avoir encore un objectif devant moi). cette lutte des classes est nécessaire, mais la population (québécoise) ne le comprend pas. car les pauvres souhaitent devenir riche (en grande partie bien entendu, ici je ne crois pas que c'est le but de qui que se soit)

et c'est la raison pour laquelle je trouve qu'il est inutile d'insulter, mettre la faute sur les riches. car tous (ou presque) veulent être riche. le riche a simplement réussi à accomplir se que la grande majorité de la communauté souhaite. donc insulter les bourges en défendant des pauvres qui souhaites être bourges me parrait illogique

David a dit…

j'aimerais rajouter les paroles d'une petite chansons de d.abuz system

On est difficilement trop riche et facilement trop pauvre,
Les riches se fichent des pauvres et les pauvres veulent devenir riches,
Même les pauvres devenus riches se fichent eux même des pauvres !
Y a-t-il qu’un riche devenu pauvre qui peut comprendre les pauvres ?
Le riche devient l’ennemie du pauvre tant que lui-même n’est pas riche,
Le riche s’enrichie sur le pauvre qui ne peut pas devenir riche ……
…… car souvent le riche n'est qu'un pauvre qui a su devenir riche !!
Certains diront que y a que les pauvres pour penser plus a l’argent qu les riches,
Je ne sais pas si certains ont des problèmes de pauvres et d’autre des problèmes de riches,
Je crois qu’on est content d’avoir été pauvre que lorsqu’on est devenu riche,
Et quant t’es riche tu te fiche d’être riche tant que t’es pas devenu pauvre !
Plus t’es riche et plus tu veux t’enrichir et moins tu veux être pauvre,
Donc tous les pauvres veulent devenir riches et les riches rester riches !
J vois les pauvres qu’observent les riches et faut que les riches se cachent …..
Bref tous veulent du cash

D.Abuz System (1999)

Philou a dit…

Je ne définie pas plus "bourgeois" par rapport aux moyens financiers, mais bon, c'est vrai que j'ai pas recherché les origines socio-économiques de tout le monde qui participait à ce "Focus Stratégique Québec". Mais je suis pas convaincu qu'il y ait beaucoup de "travailleurs" ou de travailleuses, ni tant d'"étudiants" ou d'étudiantes que ça dans les rangs de la Chambre de commerce...

Pour le reste, avec une analyse plus globale du capitalisme, on se rend rapidement compte que l'écart entre les classes s'aggrandit et que ce n'est pas vrai qu'avec ben de la volonté, tout le monde peut devenir riche. C'est bien sûr ce que la classe dominante nous dit. La meilleure façon pour qu'on ne s'en prenne jamais à leur pouvoir, c'est de nous faire avaler qu'on n'a que nous-mêmes à blâmer de pas avoir aussi bien "réussi" dans la vie.