mercredi, juin 12, 2013

Vio.Me, une expérience d'autogestion ouvrière à découvrir en Grèce et à faire connaître partout

"Le seul scénario réaliste est de prendre possession de ces usines et des moyens de production afin de survivre."



Nous avions déjà partagé sur ce blogue une vidéo sur les travailleurs grecques de Vio.Me qui ont pris possession de l'usine que leurs anciens patrons ont laissés derrière eux. Cette nouvelle vidéo est plus récente et vient compléter le premier. Dans tous les cas nous n'avons pas fini d'entendre parler d'eux!



L’effervescence et l’enthousiasme autour de cette récupération d'usine est compréhensible pour les gens qui, comme nous, y voient un exemple de lutte pour une émancipation des travailleurs et des travailleuses. Leur lutte est aussi celle d'un projet politique qui cherche à se faire reconnaitre comme une voie de sortie du capitalisme. Malheureusement pour l'instant cette expérience est peu connue. Du côté de l'Argentine c'est le film de la journaliste Naomi Klein The Take qui a vraiment contribué à faire sortir les expériences de ce genre de la culture militante et du discours politique marginal. Ce film est d'ailleurs et disponible pour écoute en ligne gratuitement avec sous-titres en français en cliquant ici. Le film Vale la Pena sur la suite des choses après The Take est disponible à la librairie anrchiste L'Insoumise ainsi que le livre Sin Patron! sur le même sujet.

D'ici à ce que, à leur tour - espérons-le, les travailleurs de Vio.Me se fassent une plus grande place dans l'imaginaire syndical et politique, on vous souhaite bonne écoute tout en espérant que vous comprenez bien l'anglais!

Soulignons qu'il s'agit d'un vidéo de Brandon Jourdan. Les fans de vidéos documentaires politiques alternatifs seront ravis de découvrir l'ensemble de ses vidéos sur son blogue!

The workers at the Vio.Me. Factory in Thessaloniki, Greece have quickly grown into a symbol of self-management internationally. After going on strike and occupying their factory, on February 12, 2013 they re-opened the factory and started production under worker's control. For many, the factory represents a new potential way forward for unemployed workers in Greece – seizing the means of production, running factories without bosses, producing only goods that are needed, and distributing them through solidarity networks. “Every extra profit we make will be given out to people who need it. Our plan is to offer help to unemployed people or others who are in great need," says Dimitrios Koumasiouras, a worker from Vio.me. This film tells the story of how the worker's re-opened the factory under self-management and looks to where the factory is headed now.