vendredi, juillet 26, 2013

Usine Mapei - Témoignage sur les lignes de piquetage





Lundi 22 juillet 2013, 7h20, Laval.

Nous sommes, de sources policières, autour de 80 individus à débarquer à l'usine Mapei pour démontrer notre solidarité envers les 115 travailleuses et travailleurs affiliéEs à la CSN en grève depuis plus de 14 mois. Nous sommes de divers horizons, du communautaire, des assemblées de quartier, des étudiantEs, des membres de l'IWW, des travailleuses et travailleurs syndiquéEs ou non, des sans-emplois. De diverses tendances aussi de la gauche radicale en passant par des féministes, des maoïstes, des marxistes, des communistes et jusqu'aux anarchistes. Notre but: bloquer les portes de l'usine pour arrêter la production qui continue toujours par l'utilisation de "scabs" et par les employéEs de bureau.


Après s'être dépris de la circulation (Laval ville de chars oblige), nous sommes arrivés juste avant l'arrivé de la grande majorité des employéEs-scabs de service, dont certains sont des retraités selon ce que j'ai pu voir sur la plaque d'un pick-up. Notre blocage fût une formalité, l'expérience d'une bonne majorité y a joué grandement. Seuls les flics frustrés de gardiens de sécurité sont venus mettre un petit peu de piquant. Un militant a tôt fait d'en amadouer un après quelques discussions. Ce qui nous a entre autre permis d'apprendre qu'il trouvait ses conditions de travail pitoyable. Raison de plus pour te joindre à nous ! Mais non, il est resté là à prendre des notes, nous filmer, à reprendre des notes à nous re et même nous re-re-filmer, si ce n'est nous re-re-re-re-re-filmer…

Notre blocage a réussi. Pour la première depuis le début du conflit la production est ARRÊTÉE ! Le patron n'était pas content, mais on s'en fout ! Le plus surprenant fût la réaction du permanent syndical qui les "défends", un dénommé Abdel Hamdi. Rouge de colère, il interdit aux syndiquéEs de ne pas dialoguer avec les militantEs venuEs LES appuyer par solidarité prétextant que c'est "SA" grève… (voir Rapport d'une chicane sur YouTube, http://www.youtube.com/watch?v=N65gkCUsqJI). Le plus hilarant, c'est d'entendre un gréviste dire à notre sujet: ils n'ont peut-être pas tort? Ce qu'il faut savoir, c'est que non seulement depuis le début du conflit, la production n'a jamais cessée, 90 employéEs ont été congédiéEs suite à deux congédiements massifs de 45 employéEs. Mapei évitent du coup les obligations de compensations et d'aide à la recherche d'emploi pour leur ancienNEs esclaves-salariéEs. De plus, la machinerie sort peu à peu de l'usine, pour transférer la production dans la région de Toronto.

Suite aux reproches qui sont adressés à la CSN, syndicat jadis considéré comme le plus "combatif" au Québec, le dénommé Hamdi réplique que la CSN n'a jamais changé de discours ni de tactique (hein?), mais qu'elle s'est simplement adaptée au fil des années. Bin oui chose, ça fait seulement vingt ou trente ans que le mouvement ouvrier n'arrête pas de perdre et tout ce que cet énergumène trouve à dire, c'est qu'on va continuer comme ça, à tenter de négocier et patati et patata… C'est à se demander si la fameuse question d'Yvon Deschamps est toujours d'actualité, Les Unions qu'ossa donne? Avec un syndicalisme comme ça les patrons peuvent bien dormir sur leurs deux oreilles! Vivement un syndicalisme de combat !

C'est les larmes aux yeux que certains nous saluent lors de notre départ en début d'après-midi. C'est leur première victoire en 14 mois de grève…

Solidarité entre toutes les travailleuses et travailleurs ! Seule la lutte paie !

Tarte Rousse the Pie Rate 

2 commentaires:

Sébastien Robert a dit…

Autant je suis content de voir des actions de solidarité avec les luttes syndicales actuelles au Québec, autant je peux comprendre une partie de la frustration du conseiller syndical.

Là où je comprend la frustration du conseiller, c'est que cette action arrive 14 mois après le début de la grève et que la rhétorique autour de l'action est très anti-CSN. Après 14 mois de support aux grévistes (financiers, organisationnels, etc), je peux donc comprendre le conseiller d'être frustré quand on lui dit que la CSN ne fait rien... surtout quand la critique vient de personnes qui n'ont jamais mis les pieds sur la ligne de piquetage pendant 14 mois...

La partie de la frustration du conseiller que je ne comprends pas, c'est celle où il en a contre l'action en tant que telle. Avoir un appui extérieur devrait être apprécié. Sans l'appuyer officiellement (ce qui aurait pu causer des problèmes au syndicat, aux grévistes et au conseiller à cause des contraintes légales), le conseiller aurait pu avoir une approche neutre et expliquer la loi et pourquoi le syndicat ne peut pas faire ce genre d'action directement (injonctions et code du travail).

Faut que les militant-e-s comprennent les contraintes légales des syndicats. Si les militant-e-s de l'extérieur risquent peu d'être identifiés et poursuivis par la compagnie, le syndicat (et le conseiller et les grévistes) qui feraient un tel bloquage risquent des amendes salés, sans compter les mesures disciplinaires ou congédiement pour les grévistes.

Je pense que ces actions de solidarité doivent arriver plus souvent et plus rapidement dans les conflits de travail. Je pense aussi qu'on doit faire ce genre d'action dans un esprit de complémentarité avec le mouvement syndical plutôt que dans un esprit de confrontation ou de subordination avec les syndicats.

C'est comme ça, à mon humble avis, qu'on réussira à rendre le syndicalisme plus efficace dans ses luttes et plus radical dans son approche.

dela keny a dit…

I came across the serach engine and find your website, you have great and nice blog, Thanks for sharing, God bless you
Vmenplus Herbal
Vmenplus
Jual Vmenplus
Jual Vmenplus Asli
Agen Vmenplus
Distributor Vmenplus
Toko Vmenplus
Vmenplus Original
Vmenplus Ori
Harga Vmenplus
Khasiat Vmenplus
Ciri Ciri Vmenplus Asli
Suplemen Vmenplus
VMENPLUS HERBAL ALAMI
Obat Vmenplus
Agen Vmenplus Resmi
Vmenplus Herbal Asli
Hasil Vmenplus
Ciri - Ciri Vmenplus Original
Chek Kode Vmenplus
Cek Kode Verifikasi Vmenplus